DEPARTED

Rev.mus D. Jean-Régis Harmel, O. Praem.



Birth: mars 1, 1934

Death: novembre 24, 2020

House: Abbaye Saint-Martin de Mondaye

Régis Harmel est né au Val des Bois, à Warmeriville, en Champagne, dans une famille nombreuse et chrétienne.  Notre futur frère grandit heureux – dans une fratrie très unie de 6 garçons et 2 filles – et fait de brillantes études secondaires au Lycée Saint-Joseph des Jésuites de Reims.  Bachelier à l’été 1952, il ne tergiverse pas longtemps: le 7 octobre suivant, il entre au postulat de Mondaye, et à la Toussaint le père abbé Yves Bossière lui donne l’habit de l’Ordre.  Noviciat des temps héroïques, les longues heures matinale au chœur, dans une église glacée, encore sans vitraux à cause de la guerre, et les cellules sans chauffage: mais frère Jean a trouvé sa voie.  Profès de vœux simples le 1954-09-18, il commence ses études aux facultés dominicaines du Saulchoir, à Etiolles.  Il aime l’Ecriture Sainte et la métaphysique. 
 
Ordonné prêtre le 1961-08-13, il prend le chemin de la Ville Eternelle pour soutenir, en un an, les thèses de la licence canonique de théologie, à l’Angelicum, l’université des dominicains.  Frère Jean vit à la maison généralice de l’Ordre, alors gouverné par Mgr Noots, et cette année romaine, en pleine préparation du concile Vatican II, est pour lui une ouverture sur sa famille religieuse.  Il se lie avec des frères étudiants prémontrés de tous les continents.
 
Rentré à l’abbaye, en effet, de nombreuses tâches l’attendent, où il va donner sa première mesure, pendant dix ans (1962-1971).  Frère Jean est maître des novices, hôtelier, il excelle dans l’accueil des jeunes, l’écoute, les "partages de vie": c’est l’époque!  A partir de 1964, il est également chantre de la communauté.  En 1972, sa vie change. Le religieux de la verte campagne normande est envoyé au prieuré-paroisse de Noisy-le-Grand, dans l’Est parisien, pour remplacer le P. Gildas, nommé administrateur puis élu abbé de Mondaye.  Pour frère Jean, qui a trente-huit ans et dix ans de sacerdoce, ce nouveau ministère, qui durera dix-sept années, est une vraie révélation.  En 1982 il veille à la construction de la "maison chrétienne" (lieu de culte et de rencontre polyvalent) de Saint-Martin du Champy, un quartier neuf de Noisy de 15 000 habitants.  Le Père Jean témoignera toujours de la richesse exceptionnelle, humaine et spirituelle, de ses années "en Banlieue".
 
En mai 1989, une nouvelle élection désigne frère Pascal Gaye comme abbé de Mondaye.  Dans le "remaniement" communautaire qui suit l’élection, il quitte Noisy-le-Grand pour prendre la responsabilité du Centre Saint-Pierre de Caen (1989-1995).  Inventif, le P. Jean-Régis (comme il aime qu’on l’appelle maintenant) développe un esprit de "communauté" autour de la célébration dominicale: équipes liturgiques, groupes bibliques, liturgies de la parole pour les tout-petits...  La belle église Renaissance en centre-ville est très vivante: P. Jean-Régis, outre les offices, les visites guidées d’art chrétien, accueille de nombreux concerts, veille avec une équipe d’organistes chevronnés à la construction du nouvel Orgue (de Jean-François Dupont) et organise chaque année de belles expositions temporaires, en lien avec le Centre Pastoral Beaubourg-Saint-Merry de Paris ou avec la foire internationale de Caen. 
 
Fr. Jean-Régis succède à frère Renaud comme prieur du sanctuaire de Sainte-Foy de Conques, dans le Rouergue.  Aussitôt et comme d’habitude, le nouveau prieur se passionne pour cette nouvelle mission: Conques, son abbatiale romane, son tympan, le culte de la petite sainte Foy.  En quatre ans (1995-1999) il s’attache extrêmement à ce lieu, qui deviendra le lieu de son cœur jusqu’à la fin de sa vie, et à cette pastorale du pèlerinage et de l’accueil, sur la route de Compostelle.  Il assure les travaux de rénovation du prieuré en 1997 et le magnifique aménagement du sanctuaire de l’abbatiale.  En 1997-1998, il défend avec véhémence – jusque dans les colonnes du Monde! – la cause du gardiennage du Trésor par les prémontrés, une charge qui leur a été conférée depuis 1873! 
 
Le 1999-05-11, il est élu abbé de Mondaye. Frère Jean a 65 ans, l’âge auquel d’autres prennent leur retraite.  Un grand souci l’anime pour la vie commune et la vitalité de Mondaye.  Il inaugure la nouvelle hôtellerie en 2001, organise les belles festivités du 8e centenaire de Mondaye en 2002, patronne la restauration du grand orgue, la réfection de la cuisine.  Nerveusement épuisé, la santé devenue très chancelante, il démissionne de la charge abbatiale, en juillet 2004, avec une humilité non feinte.
 
En octobre 2004, il est nommé à nouveau prieur de Conques.  Il anime la maison d’accueil des pélerins, avec l’aide des permanents salariés qu’il aime beaucoup et de nombreux bénévoles "hospitaliers" qu’il entoure d’affection et de prévenance.  A partir de 2007, la charge de prieur revient à fr. Cyrille, mais fr. Jean-Régis continue, à sa place d’ancien et un peu d’âme de la maison, à collaborer activement. Il a gardé au service de l’Ordre le souci de la branche féminine prémontrée: chapitre des sœurs de l’Ordre à l’été 2008, commission des sœurs en Pologne en 2010.
 
Il visite régulièrement les sœurs carmélites de Figeac et accompagne les sœurs de l’Union SaintFrançois de Sales de Rodez.  Il prêche aussi des retraites de prêtres et de religieuses.  Notons encore telles grandes joies de la fin de sa vie: entre 2012 et 2014 il œuvre pour la commande d’un reliquaire de sainte Foy par l’orfèvre Goudji, installé et béni lors de la fête de sainte Foy en 2014. 
 
Le 2020-08-15, frère Jean-Régis vient à Mondaye, pour bénéficier plus commodément des soins du centre anticancéreux du CHU de Caen.  En octobre, il accompagne le père-abbé à Conques pour sa dernière "Sainte-Foy".  A la mi-novembre, aux problèmes pulmonaires que lui valait son cancer, s’ajoute le coronavirus.